top of page
  • Photo du rédacteurecmbordeaux

La vie bonne selon le Coran ou comment garder sa joie de vivre dans un monde agité ?

Dernière mise à jour : il y a 24 heures




1. Introduction.


En raison des nombreuses lectures fragmentaires qui dépeignent la vie comme une succession d'épreuves et de souffrances, certains perçoivent la religion comme un frein au bonheur et à la joie. 


L'avènement d'internet a accentué le phénomène, en facilitant la création de vidéos sur les réseaux sociaux pour le grand public, certains prédicateurs aux financements conséquents diffusent une lecture fragmentée des textes sacrés, érigée en vérité absolue.


Cette vision altère et déstabilise l’esprit du croyant, le conduisant à réprimer son bien-être et à transformer sa pensée en un réservoir de douleurs, obscurcissant son bien-être mental et spirituel.


2. Quel rapport entre foi et bonheur ?


Juste deux ans après l'Hégire, malgré les défis rencontrés, les premiers musulmans ont célébré le premier Aïd el-Fitr, instaurant une tradition de joie et de bonheur qui persiste jusqu'à nos jours. 


Le mot "Aïd", tiré du verbe arabe Aada, qui veut dire "revenir", place cette fête comme un événement récurrent dans le calendrier musulman, rappelant que la joie est intrinsèquement liée à la foi.


Dès le début de l’islam, L’Aïd a été conçu pour être un moment de fête, de joie et de partage pour toutes et tous, riches et pauvres, petits et grands, femmes et hommes.


Le jeûneur connaît deux joies, dit le Prophète (PSL) : il se réjouit au moment de  rompre son jeûne, et il se réjouit de son jeûne,  le jour où il rencontre son Seigneur.


للصائم فرحتان يفرحهما. إذا أفطر فرح بفطره وإذا لقي ربه فرح بصومه.


Dans une parole prophétique authentifiée par Tirmidhi, Le jour de l'Aïd el-Fitr, le jour du sacrifice qui commémorent le sacrifice D’Abraham, ainsi que les 3 jours qui suivent { Tashriq } , sont nos jours de fête, nous les musulmans.


يوم الفطر ويوم النحر وأيام التشريق عيدنا أهل الإسلام.



3. Face aux  épreuves de la vie, quelle vision promeut le Coran ?


Le Coran encourage à pratiquer la foi et l’action vertueuse comme moyens d’accéder à la vie bonne : "Quiconque agit de manière vertueuse, homme ou femme, tout en étant croyant, Nous lui accorderons une vie bonne et Nous les récompenserons selon le meilleur de leurs actions."

مَنْ عَمِلَ صَالِحًا مِنْ ذَكَرٍ أَوْ أُنْثَى وَهُوَ مُؤْمِنٌ فَلَنُحْيِيَنَّهُ حَيَاةً طَيِّبَةً

 وَلَنَجْزِيَنَّهُمْ أَجْرَهُمْ بِأَحْسَنِ مَا كَانُوا يَعْمَلُونَ


Le Coran souligne que l'épreuve est inhérente à la condition humaine, même lorsque celle-ci est marquée par la prospérité (Hayat Tayba), comme le mentionne la sourate 90 verset 4 : "Nous avons créé l'homme pour une vie de labeur".


Le Coran enseigne aux croyants que le bonheur et le malheur sont intrinsèquement liés, marchant main dans la main et il  ne cesse de rappeler la Miséricorde Divine encourageant à accepter une dualité inhérente à la nature de la vie : "Certes, à côté de la difficulté il y’a la facilité". 

La Tradition nous apprend que tout ce que décide Dieu dans sa sagesse infinie est bon pour le croyant, même si le bien immédiat ne semble pas apparent. Il est rapporté que le Messager de Dieu, paix et bénédictions sur lui, a dit : "Il est étonnant le cas du croyant. Tout ce qui lui arrive est bon pour lui, et cela n'est vrai que pour le croyant. Si un événement heureux lui arrive, il remercie, et cela devient une bénédiction pour lui ; et s'il est touché par un malheur, il fait preuve de patience, et cela est également bon pour lui." Rapporté par Muslim.


Selon le Coran, la vie bonne n'est pas donc pas exempte de défis et d'obstacles. Les récits des prophètes, qui sont parmi les plus aimés de Dieu, viennent renforcer cette idée.


On demanda au Prophète : « Qui parmi les gens est le plus éprouvé ? » Il a répondu : « Les prophètes, puis les meilleurs après eux, puis les meilleurs après ceux-là. ». 


Le mot épreuve dans ce Texte ne se réduit pas aux maladies ou aux souffrances mais englobe également la notion de responsabilité. Les prophètes étant les plus aimés par Dieu, du fait qu’ils ont assumé les plus grandes responsabilités envers leurs peuples.


En  réponse aux critiques des Arabes idolâtres qui reprochaient à Muhammad les ennuis et les difficultés qu’il s’est attiré en diffusant son message, le Coran déclare qu’une telle révélation ne peut être que source de bénédiction et de bonheur  : 

Ô Taha, Nous ne t'avons pas révélé le Coran pour que tu sois malheureux.

طه ما أنزلنا عليك القرآن لتشقى

Le Coran offre ainsi une perspective équilibrée qui soutient les croyants, les encourageant à trouver la force en temps de désespoir et à faire preuve d’humilité et de gratitude lors des périodes de prospérité.






4. Une des premières clés d’une vie bonne : porter une foi qui donne sens à la vie.


Lorsque Omar ibn al-Khattab, dans  un moment de colère dit à sa femme Atika, que Dieu soit satisfait d'eux : "Par Allah, je te rendrai malheureuse," elle répondit : "Peux-tu me détourner de l'Islam après que Dieu m'ait guidée vers lui ?" Il dit : "Non." Elle dit alors : "Comment peux-tu alors me rendre malheureuse ?" 


Remettant en toute confiance sa vie  entre les mains d’un Dieu Aimant et Bienveillant, rien ne pouvait altérer le bonheur de Atika sauf si Omar  la détournait de l'Islam, et il n'avait aucun moyen de le faire.


La source du bonheur authentique se trouve dans le maintien d'une foi enrichissante, qui oriente à la fois nos sentiments et nos décisions.


5. Quels moyens pour  renforcer le bonheur selon le Coran ?


Pour atteindre le bonheur, une clé importante est de le désirer et de le rechercher activement. 


Par le biais d’invocations et de prières visant une existence douce et agréable, le prophète nous montre l’exemple : D’après Al-Boukhari et Mouslim, la prière que le Prophète  répétait le plus est celle qui est mentionnée dans le Coran : 'Ô Seigneur, accorde-nous une {hassana} vie heureuse dans ce monde et une {hassana} vie heureuse dans l’autre. 

كان أكثر دعائه ما جاء في القران : اللهم آتنا في الدنيا حسنة وفي الآخرة حسنة وقنا عذاب النار. البخاري ومسلم


Dans une narration authentifiée par Mouslim, lorsqu’une personne embrassait l’islam, le prophète lui apprend en premier lieu la prière (la çalat) puis lui conseille d’invoquer Dieu en lui demandant les clés du bien-être spirituel et matériel.

Ô Seigneur, accorde-moi Ton pardon, Ta miséricorde, guide-moi, maintiens-moi en bonne santé et pourvois à mes besoins.

و في الحديث رَوَاهُ مُسلِمٌ كان الرجل إذا أسلم علمه النبي صَلَّى اللَّهُ عَلَيهِ وَسَلَّم الصلاة

 ثم أمره أن يدعو بهؤلاء الكلمات:  اللهم اغفر لي وارحمني واهدني وعافني وارزقني



6. Comment garder le sourire dans un monde agité ?


  • Viser les moments de bonheur dans les petites choses autour de soi et collectionner les moments d’espoir par le biais d’actions simples. Ainsi une fleur, un arbre, une amitié ou simplement la santé  peuvent être des sources de joie et de gratitude.


  • Accepter que les épreuves font partie de la vie et les envisager  comme des moyens de croissance personnelle et spirituelle, à la lumière de cette prière sublime  : “Ô Allah, je ne te demande pas de soulager mon fardeau, je te demande de renforcer mon dos !”


  • Comprendre que le bonheur n'est pas une destination finale ou un point fixe à atteindre, où l'on pourrait se dire une fois toutes les aspirations accomplies.  "je suis enfin heureux" !  Le bonheur est un processus continu et un état dynamique qui  peut être vécu au quotidien, malgré les difficultés.


  • S’engager de manière désintéressée en participant à des activités associatives renforce le sentiment d'appartenance et aide à maintenir le moral, contribuant ainsi à un monde meilleur. La vraie réussite est collective.




36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page